Le nettoyage de plage, et après ?

rapport de la table ronde du 01/01/2010
mardi 2 novembre 2010
par  Claude Le Guitton
popularité : 91%

La table ronde du 1er juillet 2010 est débutée par une présentation de macro- déchets récoltés sur la plage des 3 curés à Plougonvelin. Il est rappelé qu’il est important de faire une récolte des macro-déchets sur les plages et la laisse de mer. Les déchets plastiques peuvent être mortels pour les oiseaux et les poissons qui les ingèrent.
Les macros déchets se déposent sur le littoral et sur le fond des mers. Les macros-déchets se dégradent lentement dans la mer, on trouve encore à Plougonvelin des morceaux de charbon datant du naufrage en 1930 d’un bateau « charbonnier », des morceaux de téléphone « Garfield » provenant d’un container perdu dans le rail d’Ouessant en 1980.
La collecte des déchets est donc importante mais le littoral est fragile et il s’agit de le nettoyer mais pas de le détruire avec des systèmes mécaniques de type pelleteuse... L’accent est mis sur le rôle clé de la laisse de mer qui concentre des déchets mais participe aussi activement à l’équilibre du milieu naturel, à la stabilisation des dunes.

L’association de bénévoles AR VILTANSOU mène des nettoyages mensuels du littoral sur les plages du Conquet depuis 2001. La collecte des déchets est manuelle. Les principales sources de déchets collectés sont les cordages, plastiques, mégots, produits d’hygiène, polystyrène, verre, ferraille …

Sur le littoral les déchets sont maintenant pesés et classés selon le protocole précis de l’OSPAR . Il doit être mis en œuvre 4 fois par an sur une bande du littorale de 100m, les données sont ensuite collectées par un organisme comme le CEDRE ou IFREMER.

Pour sensibiliser les plus jeunes du Conquet à la problématique des macro-déchets, un défi conquétois « Mister BEURK » est organisé par l’association. C’est un challenge qui consiste à ramasser un maximum de déchets en prenant bien soin de les trier par famille.

Le CEDRE suit les pollutions des macros déchets sur le littoral dans le cadre du protocole de la convention OSPAR. Il est rappelé que les macro-déchets sont à 70% d’origine terrestre.

Les macro-déchets sont un problème aujourd‘hui bien identifié par les différents organismes responsables des écosystèmes. A moyen terme des initiatives pour les quantifier, les suivre et les diminuer seront mis en œuvre, on peut citer :

• Le programme environnemental des Nations unies (PNUE) travaille à articuler des réponses sur la protection des écosystèmes entre les gouvernements, la communauté internationale, le secteur privé, la société civile et le grand public.

• La Convention pour la protection du milieu marin de l’Atlantique du Nord-Est ou Convention OSPAR est entrée en vigueur en 1998. Une de ses missions est d’élaborer un programme de surveillance et d’évaluation commun avec des protocoles d’enquêtes qui permettent de dresser le bilan de santé de l’environnement marin et de suivre la mise en place et les améliorations qui en découlent sur l’environnement marin. Pour cela 4 inventaires de macro-déchets sont réalisés par an sur des sites pilotes et sur une bande de référence du littoral de 100m sur 1km en définissant une méthode standardisée d’échantillonnages.

• La Directive européenne cadre Stratégie pour le milieu marin (2008/56/CE) (DCSMM) a une approche fondée sur les écosystèmes. Elle vise le bon état écologique du milieu marin et l’amélioration de l’état de conservation de la biodiversité marine. Pour définir la qualité du milieu marin elle dispose de 11 descripteurs dont les macro-déchets et micro-particules dans les fonds marins, les déchets sur le littoral, les contenus stomacaux des viscères d’animaux.

• Le Grenelle de la mer vise à définir de nouvelles actions pour assurer un développement durable avec la lutte contre les pollutions issues d’activités maritimes et les pollutions d’origine terrestre (nitrates et phosphates). Dans le cadre du Grenelle de la mer, un groupe de travail sur les déchets en milieux aquatiques, piloté par l’association généraliste de protection de l’Homme et de l’environnement « Robin des Bois », a présenté en mai 2009 un plan coordonné de réduction des macro déchets flottants ou échoués dans les fleuves, les ports, le littoral et en mer. A la suite de ce plan plusieurs actions ont été identifiées, dont la création d’un système d’observations, une amélioration en amont des dispositifs de collectes de déchets par les collectivités, le traitement des eaux usées,…


Gestion des déchets « littoraux » :

Documents joints

Synthèse et propositions
Synthèse et propositions