Transition et résilience

lundi 28 février 2011
par  Claude Le Guitton
popularité : 90%

ZOOM sur la vidéo pour comprendre le mouvement des villes en transition

http://www.tamm-ha-tamm.org/spip.php?article105 :

minute 42

A quoi ressembleront les territoires qui prennent en compte, dans leur développement sur 20 ans, leur dépendance vis-à-vis des énergies fossiles ?

On pourrait rajouter :
quelles solutions avons-nous mis ou mettons-nous dès aujourd’hui en action pour relocaliser nos productions, optimiser nos déplacements, valoriser les compétences locales, résoudre les problématiques déchets et pollutions diverses, le tout dans un contexte de vigilance face au réchauffement climatique ?

A Plougonvelin, les membres du collectif Tamm Ha Tamm ont engagé leur intelligence et leur énergie dans : pédibus, jardin partagé, ateliers éducatifs, groupes de réflexion, tables rondes, conférences, rencontres et manifestations thématiques.

Ceux du collectif Kernevodenn en transition viennent de boucler la Quinzaine « Rencontres citoyennes » sur 10 communes de Plougastel à Daoulas et Saint Eloy http://www.kernevodenn-en-transition.infini.fr/

minute 43

Quelle capacité, avons-nous (je, tu, nous, les territoires, les sociétés) à résister aux chocs du monde extérieur ?
Le mouvement de « transition » s’accompagne d’une notion extrêmement importante, « la résilience ».

Voici un morceau choisi de « résilience », bien adapté à ma représentation mentale et à mon vécu :

Les références sont multiples : http://sylviecastaing.chez.com/resilience.htm

"Je ne parle ici que de cette capacité que nous avons de rebondir, une qualité que nous devons au fait d’avoir surmonté l’épreuve d’un passé difficile. C’est ce que j’appelle la résilience, une qualité utile au point qu’il nous arrive de nous demander comment ceux qui n’ont pas eu à la forger dans l’enfance parviennent à affronter les vicissitudes de la vie."

"Le terme de résilience est utilisé dans le domaine de la physique pour traduire la résistance de matériaux à la pression. On dira ainsi que la coque d’un sous-marin est résiliente lorsqu’elle se révèle capable de supporter des pressions considérables lors de ses plongées et lorsqu’elle reprend sa forme primitive.
On le retrouve également dans la langue anglaise « resiliency » pour décrire la capacité de réussir de manière acceptable pour la société en dépit d’un stress qui comporte normalement le risque grave d’une issue négative.
La résilience sera définie ici comme la capacité pour un sujet confronté à des stress importants au cours de son existence de mettre en jeu des mécanismes adaptatifs lui permettant non seulement de « tenir le coup » mais de rebondir en tirant un certain profit d’un tel affrontement."

"La résilience englobe deux concepts fondamentaux : le risque et les facteurs de protection.
Le risque inclut les caractéristiques de l’individu ainsi que le milieu, comme nous l’avons indiqué plus tôt.
Les facteurs de protection pourraient inclure les compétences, les facteurs de personnalité et les mécanismes de soutien ambiants qui contribuent à la résilience. Ces facteurs agissent comme un tampon et procurent un réservoir de ressources qui permet de faire face efficacement au stress (Mangham et coll, 1995)."


Commentaires  forum ferme